Avertir le modérateur

  • LE RYTHME DE LA VIE

     

    La musique. Les sons. Les rythmes de la vie.

    Accords parfaits.

    Et imparfaits. Aussi.

    Entendre, puis écouter.

     


    podcast



     

     

  • L'ARME A L'OEIL

     

    J'attends mon tour.

    Je ne suis pas pressée.

    Je rêvasse. J'écoute distraitement les bribes de conversations. L'homme devant moi est âgé, courbé, accroché à sa canne.

    Il s'arrime au guichet, tend ses papiers. L'employée se lève subitement sans les prendre, sans le regarder. Il les pose devant lui.

    Elle a disparu.

    Le vieillard attend, toute la file également.

    Cinq bonnes minutes se sont passées. La guichetière reprend sa place. Il brandit ses papiers d'une main tremblante et de sa voix chevrotante demande : "pour ritirer des sous, Midème, s'il ti plît".

    L'humiliation s'abat sur lui :

    "Vous ne parlez pas le français ?" (Elle lui "re-balance" brusquement ses documents). "Trouvez quelqu'un qui vous comprend et vous reviendrez " Elle parlait fort avec un ton méprisant, avisant que je m'étais approchée, elle finit sa phrase en adoucissant son propos et sa voix. "Sans faire la queue", ajouta-t-elle.

    Son regard, la haine dans les yeux ...

    La colère m'emporte, je lui hurle dessus. Mon visage empourpré. Enragée. Je l'incendie. J'avais parfaitement compris ce que voulait cet homme, alors que je me trouvais derrière la ligne à 50 cm de lui.

    Étrangement sans lui faire répéter ce qu'elle n'avait pas compris précédemment, elle se saisit du livret, le questionne sur la somme à retirer et lui donne son argent. La rougeur l'a envahie. Deux apoplexiques se font face.

    Le Monsieur me salue " Merci, ci pas grave, ci fait 40 ans, j'suis ici et ci pareil toujours".

    Je n'arrive pas à me calmer. Je continue à engueuler "la postière" copieusement en lui jetant ma lettre recommandée. (Elle la rattrape au vol).  

    Je sors. L'homme à la canne est là. Il soulève sa casquette. Je lui souris.

    Envie de pleurer. Je file, vite. 

  • PARCOURS PERSONNEL DE MILLIONS D'ETRES


     

    Nous sommes dehors. Nous fumons mal. Vite. Nous tirons les bouffées du manque. Cette aspiration qu'il a fallu contenir des heures. Les cigarettes sont grillées en un temps record, sans plaisir.

    Je regarde cette jeune fille longue et brune, jolie.

    Ses propos m'ont plongé dans le désarroi.

    Tout paraissait pourtant à son avantage.

    Des études, suivies d'un emploi. Une co-location.

    C'est de cela dont elle me parle. Elle cherche un nouvel appartement. Elle veut cesser une co-location antipathique.

    Banal.

    Elle me cite des départements pour orienter ses recherches d'appartements. Je m'en étonne, elle s'occasionnera des temps de transports énormes. Les prix sont allégrement identiques.

    Chers partout.

    Je n'avais pas saisi. Pas compris.

    Étrangère.

    Son lieu de vie est conditionné par la réputation de faible taux de demande ; il faut donc éviter les zones ghettos.

    Une préoccupation de tous les instants.

    Une angoisse permanente.

    Partagée.

    Par tant d'autres.

    Pour finir sur une note légère, je lui dis désappointée : "Tu ne pourras pas habiter le neuf trois".

    Elle me sourit.

    J'adore mon neuf trois. J'aime le monde.

    Les banlieusards.

     

    YVES JEGO CA C'EST DE L'INFO

    http://www.20minutes.fr/article/226103/Politique-Yves-Jego-fait-condamner-un-blogueur.php

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu